La Armada espagnole
Ressources culturelles et linguistiques

Armada espagnole

En 1588, Philippe II d'Espagne décida de reconquérir l'Angleterre pour y rétablir le catholicisme et confirmer la puissance maritime dominante de l'Espagne. Il développa alors une flotte "invincible" et la lança à l'attaque de l'Angleterre. Ce fut une défaite cinglante.

Origines de la Armada espagnole

La chose la plus importante pour Philippe II d'Espagne était de défendre le catholicisme face au protestantisme. Les monarques très religieux n'étaient pas du tout contents des mouvements religieux aux Pays-Bas espagnols, aujourd'hui Belgique et Hollande. Les Pays-Bas espagnols apprenaient du protestantisme, ce qui posait problème à l'époque où la rigidité et la dureté de l'Inquisition espagnole était à son apogée. Philippe II découvrit que la reine d'Angleterre Elizabeth I apportait son sontien à ses mouvements et mettait donc en danger le catholicisme au sein de l'Empire espagnol.

Le 2ème motif pour lequel Philippe II prit la décision d'una attaque maritime était celui de démontrer la suprématie de la flotte espagnole. Alors que l'Espagne, à la suite de la découverte des Amériques, était incontestablement le pays le plus puissant au monde, l'ambitieuse reine Elizabeth I essayait d'agrandir son Empire, notamment par une domination des mers et océans. Des hommes comme Sir Francis Drake, héro pour les Anglais et pirate pour les Espagnols, interceptaient et volaient des bateaux espagnols alors qu'ils ramenaient de la marchandise des Amériques. L'idée de Philippe II était donc de reprendre le contrôle de l'Angleterre pour ainsi y restaurer le catholicisme et confirmer la puissance sans pareil de l'Espagne.

Organisation de la Armada espagnole

La clé du plan de Philippe II était sa flotte de 30 000 homme et 130 navires d'Espagne et du Portugal, autrement appelée Armada espagnole. L'opération consistait à rejoindre la flotte des Pays-Bas espagnols pour ensuite attaquer et envahir l'Angleterre. L'attaque avait largement été annoncée en Angleterre à l'avance, tactique de Philippe II et de ses conseillés qui pensèrent pouvoir ainsi effrayer toute l'Angleterre et opérer sans complications.

Et ils eurent tort.

Alors que l'Armada espagnole s'approchait des côtes des Pays-Bas espagnol pour un premier arrêt, ils se rendirent compte que les eaux n'étaient pas assez profondes et jetèrent donc l'ancre plus au large. Mais les choses se déroulèrent mal et la flotte perdit deux galions. L'Angleterre, menée par le célèbre Sir Francis Drake, prit rapidement l'avantage et captura deux autres navires espagnols. C'est à partir de ce moment que l'Armada espagnole entra en déclin.

Après de durs combats, les deux flottes perdirent presque toutes leurs munitions et les efforts de l'Armada espagnole durent s'arrêter. Sans défence, ils furent incapables de retraverser la Manche et durent passer par le Nord du Royaume-Uni et contourner l'Irelande pour retourner en Espagne. Souffrant du manque de réserves et d'approvisionnement, du mauvais temps, d'importantes pertes humaines et matériels, le but le plus important de l'Armada espagnole était maintenant de rentrer le plus vite possible et en vie au pays.

A leur arrivée en Espagne, seuls 67 des 130 navires et 10 000 des 30 000 hommes partis au départ jetèrent l'ancre. Nul besoin de dire que la défaire de Philippe II fut des plus cinglantes.